La peur face à la confiance en Dieu.

Publié le . Publié dans Eglise baptiste de Vesoul

Je suis heureux de pouvoir enfin m’adresser à vous. Nous sommes tous éprouvés par le confinement.

Nous sommes tristes de constater autant de morts en quelques semaines. Nous partageons la tristesse de toutes ces familles endeuillées dans le monde. Nous remercions Dieu pour la guérison des membres de notre église ayant participé à la convention de Mulhouse.

Le virus a non seulement provoqué des ravages dans des vies, mais aussi, il a apporté de la peur. Peur d’être contaminé et à défaut de dépistage généralisé, le questionnement que cela pose à savoir si on l’a contracté ou non. Ce qui nous amène à une situation de malaise et de méfiance entres personnes. Nous avons des consignes à suivre pour essayer d’empêcher le développement de ce coronavirus qu’on nomme : « mesures barrières »se laver régulièrement les mains, nettoyage des poignées de portes, distance d’un mètre entre personne, etc…

A propos de la peur, elle est un sentiment normal au même titre que la joie et la tristesse. Son rôle est de nous protéger plaçant notre corps en alerte lors de la réception d’un stimulus extérieur tel qu’une mauvaise nouvelle, qu’un bruit ou image. Les manifestations de la peur peuvent être très différentes d'un individu à l'autre : pour certains, elle stimule. C'est le cas par exemple du trac de l'artiste. Pour d'autres, elle paralyse et inhibe toute réaction… (site doctissimo).

Lorsque nous serions enclin à la peur face à ce coronavirus, nous sommes encouragés à orienter nos pensées vers celui qui a tout sous son contrôle, à savoir notre Seigneur Jésus-Christ. Notre foi en lui nous permet de garder la paix dans nos cœurs comme nous le lisons dans l’épître aux Philippiens au chapitre 4 :6-7

« Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus Christ. »

Rien de tel de retenir ces paroles dans ces moments difficiles que traversent notre monde.

Face à la peur, nous avons une espérance qui remplit l’espace de notre cœur parce que nous avons mis notre confiance en Dieu le Père par Jésus-Christ son Fils.  On sait qu’il veille sur ses enfants. Malgré que certains chrétiens soient décédés à cause de ce virus, nous savons que là où ils sont, ils sont heureux dans le royaume de Dieu. Cependant, ce n’est pas parce que nous avons la foi en Jésus-Christ, qu’il ne faut pas prendre des précautions pour éviter ce fléau. Nous prenons part aux précautions préconisées par l’organisation de la santé.

Par ailleurs, toujours par rapport à la peur, nous déplorons un manque de sagesse de la part de certains dans nos milieux qui se jouent de ce sentiment en devenant des prophètes des temps apocalyptiques.

Même si la Bible a déjà annoncé d’avance des évènements tragiques, terribles, nous sommes invités à ne pas spéculer mais à rester confiants dans les belles promesses de Jésus qu’il nous a donné.

« Ne craignez pas… », « Je serai tous les jours avec vous jusqu’à la fin du monde…», « Ne vous inquiétez donc pas du lendemain car chaque jour suffit sa peine… ».

J’aimerai de grâce, vous inviter à chercher à comprendre ce que la Bible nous dit et surtout à ne pas spéculer autour des phénomènes que nous connaissons aujourd’hui. Jésus nous a bien averti de nous tenir prêt pour le jour où il viendra nous chercher. Que ce soit dans un an ou 50 ans voire plus, qu’importe, nous devons être prêts à le rencontrer tôt ou tard.

En conclusion, l’encouragement que nous donne les Ecritures est de ne pas avoir peur, ou de nous affoler outre mesure. Jésus-Christ nous a donné sa paix par le Saint-Esprit qui nous soutien en toute circonstance.

Levons donc nos regards vers celui qui nous assure la paix et la sécurité dans nos cœurs.

Mekki Drihem.

Imprimer